Des difficultés de vivre au programme de la télévision étatique – Octobre 2014

Je suis étonnée de voir les gens changer si souvent de résidence, la faute incombe aux baux locatifs qui ne sont valables qu’un an uniquement. Et si par grand bonheur tu arrives à le renouveler encore pour un an, les prix peuvent augmenter parfois jusqu’à 50%.

Les jeunes ne travaillent presque jamais dans le domaine de leurs études, car les salaires sont trop bas et cela ne couvrirait même pas leurs frais sans parler de loyer. Je pense que les chauffeurs de taxi iraniens sont les plus éduqués du monde, ils sont souvent historiens, géographes, sans parler des agronomes, des spécialistes en développement !

Par contre à côté il y a plein de gens qui ont grimpé les échelons de la fortune en une nuit, sans formation universitaire, juste ayant été du bon côté au bon moment. A l’image de Babak Zandjani simple chauffeur d’un directeur de la banque Centrale, ou Hedayati....

Dans un pays qui se targue d'être islamique un des premiers préceptes est de rester modeste et ne jamais étaler sa fortune. Dans la rue on en parle de la passation de l’ère de Pride à l'ère de Porche.

Cette ère a ouvert aussi la porte à de nombreux films qui avaient été interdits jusque-là.

La réponse dans le futur est toujours accompagnée d'un Inchallah, que ce soit la météo, les projets de développement du pays.... Et de toute façon tu n'entends jamais ni oui ni non, mais inchallah ! On refile au bon dieu toutes les décisions qu'on n'ose pas prendre !!

A la télévision, Il n’y a pas de débat contradictoire, les invités sont toujours consensuels et se respectent beaucoup, le journaliste laisse les invités parler toute leur saoule, je ne sais pas si c’est par peur d’offenser, les Iraniens étant un peuple extrêmement poli, ou bien c’est par peur d’exprimer des points de vue qui pourraient leur coûter leur poste ou leur situation !??

Cette image tellement contrastée où on ne voit que des hommes dans l'image officielle, formelle, à la télé, les remises de prix, les cérémonies de commémoration et dans la sphère publique que des femmes, dans les salles de spectacle, la rue, les magasins, les hôpitaux.

Monsieur Météo mais très souvent Madame Météo s’exprime : « heureusement il va pleuvoir,... En espérant qu'il pleuve.... le pays vit une période de sécheresse intense, on en parle partout dans la presse, dans les foyers, au gouvernement, et c’est l’agriculture qu’on accuse d’avaler 90% de l’eau du pays

Il y a souvent des spots publicitaires non commerciaux, moralisateurs, et souvent religieux comme ceci « vaut mieux aider les oeuvres de charité que les mendiants dans la rue »

« ma sœur, ton hijab c’est mon honneur »…

Chaque pays son index de valeur humaine, ici le « Dieh : prix du sang » annoncé pour l'année 2014 : 150 millions de tomans, augmenté de 30 millions si l’accident se passe durant un mois saint! (dans le calendrier hégirien arabe, ce sont les mois où on ne fait pas la guerre)

« On » continue à brouiller les chaines satellitaires qui diffusent et analysent les informations sur l’Iran. Apparemment ça dérange alors que les chaines d’amusement et de téléfilms continuent allègrement le flot de leurs feuilletons turcs, coréens, et iraniens tournés à l’étranger avec des acteurs de la diaspora.

 

Téhéran, octobre 2014

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.