Les femmes et les libertés et la relativité – Fevrier 2003

En Iran champion de " l'évolution séparée " nous assistons à l'éclosion du premier café internet féminin, à la première agence de taxis constituée uniquement de chauffeurs femmes, au même moment l'Afghane se bat encore pour pouvoir passer son permis de conduire, et la Saoudienne vient à peine d'obtenir une carte d'identité où figure -enfin- son identité à elle et pas celle de son mari ou père !

Quant à ici, sous nos latitudes les lois ont bien évolué depuis les premières luttes des féministes.

Même la Cour européenne des droits de l'homme reconnaît nos droits à vouloir enfanter dans l'anonymat, n'était-ce pas pour cela que cette jeune Nigériane était condamnée à mort dans son pays ?

Vous parleriez de deux poids, deux mesures, je dirais relativité. A chaque société selon son rythme ; le décalquage occidental a fait trop de dégâts en matière économique et sociale.

Laissons les femmes arriver à leurs revendications lentement mais sûrement.

Parce qu'un combat gagné, reste dans les mémoires, tandis qu'une paix infligée reste fragile.

N'a-t-on pas vu les " libertés "octroyées par la révolution blanche de Mohammad Reza Shah, les " femmes dévoilées " de Zaher Shah tombées en morceaux, comme une fresque brisée ?

Pour refaire la fresque nous devons utiliser le matériau et les artistes du pays, les couleurs locales et pourquoi pas importer une couche de verni.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire